Cisco France Blog
Partager

Etude Cisco 2018 sur les moyens cyber-sécurité des entreprises: 6 chiffres qui différencient la France de ses voisins européens.

- 19 March 2018

Le rapport annuel Cisco Sécurité 2018 consacre un volet entier aux résultats d’une enquête menée auprès de 3600 décideurs en sécurité dans 26 pays.

Voici les principaux chiffres clés à retenir :

1 – 84% des entreprises françaises déclarent avoir été victimes d’attaques, c’est moins que certains de nos voisins européens comme le Royaume-Uni (94%), l’Allemagne (95%) ou encore l’Italie (92%)

2 –52% des responsables sécurité français reconnaissent des dommages financiers dépassant les 500.000 euros suite à une attaque, contre 17% pour leurs homologues russes ou 69% pour les anglais.

3 – Parmi les challenges les plus importants, les RSSI français pointent le manque de budget en premier et la gestion de la dette technique en second. Ils semblent moins pâtir du manque de ressources qualifiées en sécurité (placé en 7ème position) que la plupart des pays européens qui le liste en 3ème position.

4 – Notre étude montre qu’il existe une corrélation entre le nombre croissant de fournisseurs et la complexité de la gestion de la sécurité. Par exemple, en Europe, seulement 8% des entreprises utilisant moins de 5 fournisseurs trouvent difficile de gérer les alertes de sécurité, tandis que 55% des entreprises avec plus de 50 fournisseurs considèrent qu’il s’agit d’un problème. 21% des entreprises françaises gèrent entre 21 et 50 fournisseurs de sécurité.

 

 

 

 

 

5 – En France, seules 48% des alertes de sécurité en France font l’objet d’une investigation. Parmi celles-ci, 30% sont légitimes dont 47% sont corrigées. Cela situe la France en bas du classement avec l’Espagne. Les meilleurs élèves sont successivement la Russie (72% des alertes traitées), le Royaume- Uni et l’Italie (58%) et l’Allemagne (51%). L’une des solutions à ce problème est d’adopter plus de solutions de traitements automatisés des alertes.

6 – Malgré une volonté manifeste d’adopter de nouvelles technologies de défense, la France reste en retard par rapport à ses voisins européens dans l’adoption de l’Intelligence Artificielle (65% versus 78% au Royaume-Uni), du Machine Learning (71% versus 77% au Royaume-Uni) et de l’automatisation (74% versus 78% au Royaume-Uni) pour la sécurité. Ce chiffre peut illustrer la difficulté des RSSI à rompre les silos entre équipes réseau et sécurité afin de parler d’une seule voix à leur comité de Direction pour défendre des investissements futurs.

 

Pour en savoir plus :

Tags:
Laisser un commentaire