Cisco France Blog
Share

Vblock apporte l’agilité au cloud interne d’EDF

- 9 February 2015

Pour répondre à la pression économique et concurrentielle, les entreprises doivent pouvoir compter sur leurs centres informatiques afin d’obtenir l’agilité nécessaire. En mettant en place un cloud interne avec un Vblock, EDF prouve que c’est possible

EDF cloud

Bien souvent les infrastructures matérielles des centres informatiques sont considérées comme des freins à l’agilité. Comme le démontre EDF dans cette vidéo ce n’est plus une fatalité. Les grands centres informatiques peuvent aussi revendiquer d’être agiles en mettant en place un cloud privé avec pour socle une infrastructure convergée Vblock. Ce cloud interne est accessible à l’ensemble des directions métiers.

Dans cette vidéo Jeremy Ladet, responsable du cloud interne dans la filière informatique d’EDF, revient sur la genèse du projet, les bénéfices observés et la prochaine étape.

6 mois entre la commande et l’ouverture en production

C’est en 2012 qu’EDF a pris la décision de modifier la manière de fournir les infrastructures à ses utilisateurs pour s’orienter vers une approche plus souple et plus rapide de type IaaS (Infrastructure as a Services).

Suite au RFP lancé la même année, le choix s’est porté sur Vblock avec comme l’un des critères principaux le packaging unifié de l’ensemble des composants d’infrastructure (Stockage EMC, Virtualisation VMware, Réseau et serveurs UCS Cisco). Cette unification joue à la fois dans la simplification de mise en œuvre mais également sur la gestion cohérente des changements, durant le cycle de vie du Vblock, de tous les composants (matériel, microcode, logiciel) de la plateforme.

Concrètement 6 mois ont suffi entre la commande passée à la société Telindus et la mise en production. Mais l’intérêt de s’arrête pas là car une production est amenée à évoluer et les infrastructures aussi. Avec Vblock quelques jours suffisent pour mettre à jour la plateforme sans interruption de service.

Un service amélioré et plus de temps pour la valeur ajoutée

Jeremy Ladet explique que l’équipe a pu être déchargée d’une partie des tâches de gestion du matériel et donc passer moins de temps dans des problématiques d’exploitation courantes. L’équipe a pu ainsi se concentrer sur d’autres missions à valeur ajoutée tout en gagnant en visibilité par une gestion propre des changements et de meilleurs niveaux de services. L’effort de l’équipe porte à présent principalement sur l’orchestration et le catalogue de services.

Prochaine étape pour l’année 2015, aller plus loin que la mise à disposition de l’infrastructure en proposant au catalogue de services un packaging applicatif qui permette de fournir la Machine virtuelle avec son applicatif

Tags:
Laisser un commentaire

Share