Blogue de Cisco Canada
Partagez
tweet

Pourquoi les secteurs minier et pétrolier canadiens doivent se saisir des nouvelles technologies

- 12 February 2015 1:01 pm

Bien que souvent perçus comme des secteurs déclinants vus de l’extérieur, les secteurs minier et pétrolier sont en vérité très en pointe en matière de technologie.  Au cours des 20 dernières années, ils se sont transformés d’eux-mêmes en développant des technologies permettant de mettre au jour de nouvelles réserves qui auraient été auparavant non rentables. Le Canada dispose maintenant de la troisième plus grande réserve mondiale, et rien de ceci n’aurait été possible sans la technologie.

Construction

La situation actuelle : un système en mille-feuille sans intégration

De nouvelles entreprises ont émergé pendant cette renaissance du secteur au Canada, créant de nouvelles technologies spéciales permettant de tirer parti de ressources auparavant inexploitées comme les sables bitumineux et les gaz de schiste. Ces réserves sont connues depuis les premiers jours de l’exploitation gazière et pétrolière au Canada, mais les technologies conventionnelles ne permettaient pas d’en extraire les hydrocarbures. Alors que les ressources conventionnelles ont commencé à se raréfier, le secteur a développé des technologies afin d’exploiter ces importantes réserves non conventionnelles. Par exemple, les technologies de séparation gravitaire stimulée par injection de vapeur (SGSIV) et de forage directionnel, conçues spécifiquement pour extraire des bitumes à faible viscosité, ont donné accès à de nouvelles réserves représentant 1700 milliards de barils.

Pour soutenir ces innovations, les technologies d’exploitation (OT) ont traditionnellement mis en œuvre des solutions propriétaires conçues pour résoudre des problèmes précis. Malheureusement, ces systèmes répondant à des besoins spécifiques n’ont permis que peu ou pas d’économie d’échelle et la maintenance des infrastructures exige un coût et un suivi importants.

À l’inverse, au cours de la même période, les TI traditionnelles, et celles des entreprises,  ont été normalisées, se sont consolidées, sont devenus des produits de consommation courante et se sont intégrées dans les solutions utilisées dans le cadre d’une infrastructure partagée. Cela a permis d’importantes économies d’échelle pour les activités des entreprises.

Quelle est la raison principale de ce mouvement qui tire parti des architectures? Les TI ont su trouver les moyens de faire plus avec moins. Entre 2004 et 2010, les activités des exploitants canadiens ont progressé de 32 %, alors que les budgets des TI se sont accrus de seulement 1 à 3 % en moyenne annuelle. Il est temps maintenant pour les TI de permettre les économies d’échelle sur le terrain.

Pourquoi maintenant? Parce que les modèles OT propriétaires empêchent les réductions des coûts et limitent l’adoption de nouvelles technologies horizontales. Avec une croissance prévue de 35 % au cours des 10 prochaines années, nous ne pouvons dépenser plus en construisant et en assurant la maintenance de systèmes propriétaires. Ce n’est pas tenable.

Nouvelles occasions de transformation

Au-delà de la possibilité de réduire les coûts d’exploitation des TI et de tirer parti d’une seule architecture pour mettre en place plusieurs solutions, les architectures horizontales vont devenir la colonne vertébrale de futures innovations techniques en matière d’exploitation minière et pétrolière. Les entreprises se saisissent des architectures IP pour leurs solutions et embarquent les technologies Cisco directement dans leurs systèmes. Les nouvelles tendances comme l’Internet multidimensionnel,  la technologie machine à machine ou encore les capteurs modifieront en profondeur notre manière de gérer les champs pétrolifères grâce au numérique à l’avenir au Canada.

Une étude récente sur l’adoption des capteurs  dans les champs pétrolifères prévoit que le taux de croissance annuel composé des dispositifs machine à machine dans les secteurs pétrolier et minier augmentera de 61,1 % pour atteindre 635 000 unités en 2016. La croissance proviendra principalement des forages terrestres et des pipelines. Ces technologies sont principalement basées IP et nécessiteront des infrastructures qui n’existent généralement pas encore dans les exploitations canadiennes. L’utilisation du numérique dans les pipelines transformera notre façon de gérer et de surveiller ces infrastructures tout en permettant de connecter les collectivités isolées. Et tout cela grâce à une seule architecture IP passant par la fibre.

Pour que cette transformation devienne réalité, les technologies d’exploitation doivent faire leur l’architecture horizontale et les TI devront s’investir le terrain plus intensément.

Pensez-vous aussi que les TI des secteurs pétrolier et gazier doivent évoluer? Vous pouvez nous faire part de votre opinion ci-dessous.

Tags:
Laisser un commentaire

Partagez
tweet