Blogue de Cisco Canada
Share

Un aperçu pour 2017 : l’Internet devient aussi surpeuplé que le monde

- 17 June 2013 4:02 pm

Nous publions chaque année notre rapport Visual Networking Index (VNI) qui recense les tendances d’adoption et d’utilisation de l’Internet. La publication comporte également des pronostics prévisionnels décrivant le monde et l’Internet dans quatre ans.

À mesure que la population mondiale ne cesse d’augmenter, ainsi en va-t-il du nombre d’utilisateurs et d’appareils connectés à l’Internet. Mais jusqu’où mènera cette croissance? Cessera-t-elle un jour?

En 2012, 2,3 milliards de personnes utilisaient l’Internet, soit 32 % de la population mondiale. Une donnée qui paraissait plutôt surprenante jusqu’à ce que nous nous mettions à dresser le portrait de 2017. Il semble que la nature omniprésente de l’Internet et des appareils portables continuera de réduire la « fracture numérique » au cours des quatre prochaines années. Nos prévisions pour 2017 font état de 3,6 milliards d’utilisateurs à l’échelle mondiale, soit 48 % de la population mondiale. 

Qu’en est-il du Canada?

Eh bien, en 2012, le Canada comptait 29 millions d’utilisateurs Internet, 85 % de sa population totale. D’ici 2017, ce chiffre continuera d’augmenter pour atteindre 33 millions d’utilisateurs.

D’ici 2017, il y aura 255 millions d’appareils au pays, une très forte augmentation par rapport aux 140 millions d’appareils en 2012. Quelle sera l’augmentation du volume de données générées par les Canadiens en 2017? Disons que le volume de données IP du Canada en 2017 pourrait être représenté par son équivalent de 11 milliards de DVD par an, 885 millions de DVD par mois, ou 1 million de DVD à l’heure.

En d’autres termes, en 2017, l’équivalent en gigaoctet de tous les films produits jusqu’ici transitera par les réseaux IP du Canada toutes les 2 heures.

Un volume de données si imposant que nos réseaux doivent absolument s’y préparer.

Jetons un dernier coup d’œil aux statistiques mondiales.

En 2012, 12 milliards d’appareils étaient connectés à l’Internet à l’échelle mondiale (y compris les connexions d’appareils fixes, les appareils mobiles, les communications entre machines, etc.). La publication du VNI prévoit que, d’ici 2017, le nombre d’appareils grimpera à 19 milliards – une hausse de 58 % en quelques années seulement.

Et si vous pensiez que nos données pour le Canada semblaient exagérées, voici un fait qui vous fera vraiment changer d’avis : les utilisateurs de l’Internet généreront mondialement 3 billions de minutes de vidéo Internet par mois en 2017. Ceci équivaut à 6 millions d’années de vidéo par mois, ou 1,2 million de minutes vidéo chaque seconde.

Il y a un peu moins de 550 000 minutes dans une année. En 2017, les utilisateurs mondiaux d’Internet créeront l’équivalent de plus de deux ans de vidéo chaque seconde.

Vous êtes probablement en train de vous dire : « Si  j’achète moi-même un nouveau portable tous les cinq ans et un nouveau téléphone cellulaire tous les trois ans, comment est-ce possible d’avoir dans quatre ans sept milliards de plus d’appareils branchés à l’Internet? »

La réponse est simple : nous sommes sur le point d’entrer dans l’ère de l’Internet multidimensionnel. Au cours des prochaines années, nous verrons se connecter des gens, des processus et des données qui étaient jusqu’ici hors réseau. Aujourd’hui, l’Internet est en majeure partie le fait de communications entre ordinateurs, appareils mobiles et utilisateurs. Mais nous verrons bientôt des véhicules qui échangent des données avec des réseaux routiers intelligents et des systèmes d’irrigation qui surveillent l’interaction des cultures et des sols. L’Internet multidimensionnel se nomme ainsi parce qu’il permet de multiplier à l’infini le nombre de liens entre toutes les dimensions possibles (gens, données, processus).

Même s’il est difficile de savoir ce que l’avenir nous réserve, je suis certain que nous verrons des choses connectées à l’Internet que nous ne pouvions imaginer, et qu’au-delà de toutes attentes, elles communiqueront avec d’autres appareils et des personnes.  Tout ce qu’il reste à faire, c’est de s’assurer que nos infrastructures de réseau sont prêtes pour nous aider à ouvrir ces nouveaux horizons.

Tags:
Laisser un commentaire

Share