BeLux Blog
Partagez
tweet

Pourquoi les entreprises seraient bien inspirées de choisir Spark

- janvier 17, 2017 9:17

Il semble que le monde entier vienne de découvrir les outils de messagerie professionnelle. Slack a récemment été rejointe par d’autres messageries de ce type : Facebook Workplace et Microsoft Teams. Cisco estime que ce regain de dynamisme sur ce marché est une bonne chose. C’est en effet l’occasion parfaite de jauger notre propre plateforme, Cisco Spark, à l’aune de la concurrence. S’il est vrai que, de prime abord, ces outils sont très semblables, il n’en reste pas moins qu’ils ont tous leur originalité, leurs atouts spécifiques et distinctifs.

imagesLe dénominateur commun de l’ensemble de ces outils de messagerie professionnelle est la possibilité de disposer d’une « messagerie persistante ». C’est un peu comme si vous chattiez avec chaque membre de votre entreprise et, le cas échéant, des personnes externes. Si vous avez une question ou souhaitez communiquer une information, vous vous retrouvez alors dans une espèce de calendrier (timeline) où tous les autres intervenants pourront voir votre contribution dès lors qu’ils se connectent. Ce faisant, une réaction est toujours de mise, quoiqu’il faille parfois l’attendre relativement longtemps. C’est surtout pratique si vous vous joignez à un projet en cours de route. Dans ce cas, vous pouvez découvrir tous les échanges précédents relatifs à ce projet et vous obtenez ainsi l’ensemble du contexte du projet et des conversations. Vous pouvez passer directement à la conclusion ou aux dernières interventions et ensuite remonter le temps. À l’instar d’un salon de discussions (chatroom), vous pouvez créer différents espaces de sorte que vous ne voyiez que les messages pertinents pour vous.

Tous aux bots !

Mais, tout ne devient vraiment cool qu’à partir du moment où vous exploitez les possibilités étendues d’une telle plateforme. Sur Slack, les bots, par exemple, sont devenus très populaires. Il s’agit de petites applications qui simplifient des tâches très récurrentes. Un bot peut ainsi vous permettre de demander le bulletin météo, les cotations boursières des entreprises que vous suivez, les résultats sportifs, etc. Pour ce faire, il suffit de poser une question simple comme : « Quel temps fera-t-il demain ? », par exemple. Dans Spark, vous les retrouvez bien évidemment, mais nous poussons la logique encore un peu plus loin. En effet, vous pouvez y programmer des scénarios IFTTT simples. Il s’agit de l’acronyme de « If This, Then That » (si ceci, alors cela) qui suppose qu’une action démarre quand une condition est remplie. Un exemple simple : quand quelqu’un utilise le mot « confidentiel » dans une conversation sur Spark, vous pouvez veiller à ce qu’un message s’affiche directement avec des instructions visant à assurer une utilisation correcte d’informations d’entreprise sensibles. Par le biais du portail d’intégration de Spark, vous réalisez de tels scénarios d’une manière graphique et très simple, de sorte que tout le monde puisse les utiliser. Si vous voulez exécuter des programmations plus complexes, vous disposez par exemple de Zapier.com ou de Built.io. Les développeurs peuvent aussi directement se mettre au travail avec les Software Development Kits (SDK) dans différents langages de programmation.

spark-endpoints-2016-06-08-550x199Cryptés, mais lisibles

Toujours au chapitre des informations sensibles, soulignons que Spark prend l’ascendant sur de nombreuses autres plateformes dans ce domaine. Cet avantage n’a d’ailleurs rien à voir avec « le plus d’encryptage possible ». C’est le cas chez Whatsapp qui est totalement verrouillée. Cela semble sûr de prime abord… Mais cela signifie aussi qu’aucun audit ou contrôle n’est possible. Slack utilise l’encryptage en transit, mais les « data at rest », les données statiques, ne sont pas chiffrées. Dans Spark, toutes les données sont sécurisées à tout moment. Afin de pouvoir tout de même rechercher dans les fichiers partagés, une petite astuce est utilisée : toutes les données stockées sont indexées, mais aussi chiffrées. De cette façon, des audits et des contrôles de conformité sont aussi possibles. En d’autres termes, le gestionnaire peut vérifier si les lignes directrices internes relatives à l’utilisation du réseau sont suivies. Les bots peuvent intervenir en autonome et, par exemple, supprimer certains contenus s’il est convenu que vous ne pouvez pas utiliser Spark pour communiquer des informations confidentielles.

Lors du développement de Spark, les ingénieurs de Cisco ont pleinement tenu compte du fait que les travailleurs de la connaissance ne passent désormais qu’une partie limitée de la leur journée de travail à leur bureau. Le reste du temps, ils sont mobiles, avec l’appui du cloud qui les suit dans tous leurs déplacements. C’est la raison pour laquelle Spark est plutôt conçu comme un service au lieu d’une application. Les nouvelles fonctions et améliorations sont téléchargées et installées sur chaque appareil qui utilise Spark sans que les utilisateurs ne le remarquent. Dans les entreprises dont les collaborateurs n’ont pas de droits d’administration sur leur appareil et ne peuvent donc pas installer eux-mêmes les programmes qu’ils souhaitent, comme c’est le cas dans la plupart des entreprises, il est naturellement pratique d’utiliser un outil qui fonctionne totalement dans le navigateur.

Faites glisser une réunion vers votre smartphone

Cisco ne serait pas Cisco sans lien avec une vidéo. L’application Cisco Spark peut, par exemple, fonctionner comme télécommande des caméras que vous utilisez pour la vidéoconférence, tant pour des appareils autonomes qu’intégrés. Dans ce cadre, l’on tient pleinement compte du comportement de l’utilisateur. Celui-ci commence par exemple par un appel sur son smartphone, mais Spark peut détecter qu’il y a une caméra à proximité et s’y connecter. D’un simple mouvement de glissement (swipe), vous pouvez transférer votre appel vers un écran extérieur. De la même manière, vous le rapatriez vers le portable quand vous devez, par exemple, quitter la salle de réunion et que vous voulez le poursuivre. La connexion entre vos appareils s’opère par ultrasons, donc sans fil, mais sans pairing et sans devoir installer de pilotes. C’est pratique en diable !

Et pour ceux qui en douteraient encore : tous ces atouts font de Spark l’outil de messagerie professionnelle le plus adapté aux entreprises qui veulent combiner convivialité, polyvalence et sécurité. Si vous voulez en savoir plus, suivez ce lien.

Et le 24 janvier prochain Spark devient encore plus impressionnant: It’s not every day you get a chance to leave your mark on an industry !

 

 

Tags:
Laisser un commentaire

Partagez
tweet