BeLux Blog

A la Une


Chers Lecteurs,
Il se peut que vous me lisiez déjà depuis un certain temps ! De tout cœur, je vous remercie de l’intérêt que vous avez témoigné. Après des années de bons et loyaux services, nous avons pris congé de notre ancien système de blog, mais pas de panique : tous les blogposts sont transférés sur http://gblogs.cisco.com/be-fr. Il suffit d’adapter votre RSS pour ne manquer aucune de nos futures interventions.
(more…)

Le BYOD chez Cisco : réduction de moitié des espaces de bureau nécessaires

Cette année, l’été n’a pas encore vraiment démarré, mais une embellie est prévue pour la fin de la semaine. Heureusement d’ailleurs, car il m’arrive de travailler avec plaisir à domicile quand le soleil est au rendez-vous. Après les heures de travail, je peux alors rapidement enfourcher mon vélo. Et je suis loin d’être le seul dans ce cas… Car un travailleur sur cinq travaillerait chaque jour en dehors des bureaux de l’entreprise, c’est du moins ce qui ressort d’une enquête réalisée par iVOX. Il convient donc de veiller à ce que votre réseau d’entreprise soit prêt à accueillir ces « nouveaux travailleurs ». Mais comment aborder un tel projet bring your own device ?

BYOD dès le départ…

Je remarque que les travailleurs recherchent surtout une connexion sans fil avec les réseaux d’entreprise. Selon l’indice Visual Networking Index de Cisco, il y a aura en 2018, pour la première fois, plus de connexions internet mobiles que fixes. Veillez donc en premier ressort à disposer d’un bon réseau filaire et d’un réseau sans fil puissant avec une couverture suffisante. Posez-vous ensuit les bonnes questions : avez-vous du WiFi partout et, si oui, combien de personnes pourront se connecter simultanément ? Les besoins seront toutefois différents en fonction des lieux : amphithéâtres, stades, centres de conférence, etc.

Les utilisateurs entendent utiliser non seulement le WiFi pour se connecter, mais aussi le réseau fixe, le réseau de téléphonie mobile, sans oublier de leur domicile. Traditionnellement, quatre modules de gestion sont nécessaires pour ce faire. Résultat : vous avez une vue limitée de l’ensemble et tout devient plus complexe pour l’utilisateur. Cisco a fusionné les réseaux filaire et sans fil dans la solution Unified Access : une politique de sécurité unifiée, une solution de gestion unifiée et un réseau unifié. Qu’importe où vous soyez, vous bénéficiez des mêmes services. En mode centralisé, nous examinons l’appareil que vous utilisez, votre mode de connexion et notre approche en matière de sécurisation. Dans ce cadre, Cisco propose une solution unique.

Investissez ensuite dans un module de gestion pour la sécurisation et la gestion de l’accès au réseau, par exemple via le moteur de services d’identité de Cisco, Identity Services Engine (ISE). Car la cybercriminalité ne connaît pas de répit comme n’a pas manqué de le souligner le rapport de sécurité annuel de Cisco. Notre ISE vous permet de déterminer qui cherche à se connecter au réseau d’entreprise, dans quel contexte, et à quelles données vous autorisez l’accès sur cet appareil.

Virtuel ou physique

Cisco propose le BYOD en deux versions : BYOD Smart Solution avec routage, commutation et ISE, que vous installez sur place ou dans un nuage privé. Qui plus est, vous avez le choix entre les réseaux virtualisés et la sécurisation du matériel. Si vous souhaitez intégrer un mobile device manager, une telle configuration classique ou un nuage privé constitue la meilleure solution. En revanche, si vous souhaitez une solution un peu plus simple, vous pouvez choisir les antennes sans fil de Cisco Meraki avec la gestion en nuage public.

Enfin, il importe de bien analyser comment le nouvel environnement de travail doit se présenter et, si nécessaire, de dresser un plan en étapes successives afin de déployer le BYOD dans le cadre d’une approche résolument évolutive. Chez Cisco, nous évaluons en permanence l’agencement de nos bureaux et notre politique en matière de BYOD. L’introduction il y a deux ans de bureaux virtuels et flexibles, les « flexdesks », nous a permis de réduire de moitié la superficie de bureaux nécessaire. À vos bouliers-compteurs !

Bienvenue !

Chers Lecteurs,

Il se peut que vous me lisiez déjà depuis un certain temps ! De tout cœur, je vous remercie de l’intérêt que vous avez témoigné. Après des années de bons et loyaux services, nous avons pris congé de notre ancien système de blog, mais pas de panique : tous les blogposts sont transférés sur http://gblogs.cisco.com/be-fr. Il suffit d’adapter votre RSS pour ne manquer aucune de nos futures interventions.

(more…)

L’Internet of Everything : bouée de sauvetage des collectivités locales?

Selon Cisco, l’« Internet of Everything » (IoE), prochaine phase de l’internet, devrait générer au cours des dix prochaines années une valeur totale de 19 milliards de dollars dans les secteurs public et privé. Comment les entreprises et les villes peuvent utiliser l’IoE de manière optimale et concrétiser ces prévisions ? (more…)

La ville en auto ?

 

Je devrais bien évidemment utiliser les transports publics. Pourtant, je me hasarde ci et là à visiter la ville en voiture. Par habitude ou facilité… qui n’est plus vraiment au rendez-vous quand il faut tourner pendant une heure dans un quartier avant de trouver une place de parking libre. Si cela ne tenait qu’à Cisco, il y n’y aurait plus de problèmes de parking dans nos villes. S’il est vrai que notre pays a tenté à maintes reprises de résoudre ce problème, ce dont on ne peut que se féliciter, notre solution franchit encore une étape de plus.

Notre collaboration avec Streetline permet de nous approcher encore plus de la technologie de parking intelligente. Cette entreprise disposait déjà d’une technologie à base de capteurs qui facilitait la recherche d’une place de stationnement. Les capteurs de Streetline sont intégrés dans les trottoirs bordant les places de parking. Ils détectent tout départ ou occupation d’une place de parking. Ils communiquent cette information brute au centre de données dans le cloud de Streetline, qui traite les données et les met gratuitement à la disposition des utilisateurs via une app gratuite. Les conducteurs peuvent ainsi consulter la disponibilité de places de parking en temps réel.

Cisco va encore un peu plus loin en introduisant une détection par caméra et en mettant le système de parking à la disposition des utilisateurs par le biais du réseau Wi-Fi Cisco. La vidéodétection de Cisco définit le mouvement de toutes les voitures en ville et envoie cette information aux services compétents. Tout cela est possible grâce à notre technologie de réseau avancée Connected Grid Router qui permet aux villes d’ajouter le système de parking intelligent à leurs initiatives de Smart City.

Les villes s’emploient à augmenter encore leur (inter)connectivité et à évoluer de cette manière vers une connected city. Le parking intelligent en fait partie intégrante, mais l’on peut aussi intégrer d’autres types de capteurs au réseau de stationnement dans le cadre d’une approche modulaire. Je pense ici à des capteurs de température du revêtement et des capteurs sonores. Notre technologie aide les villes à améliorer en continu la qualité de vie de leurs habitants. Tout est possible avec The Internet of Everything !

SmartCity_CityoftheFuture

Mots-clefs :,

Alerte au tsunami de données !

L’attente fut longue, certes, mais Netflix est enfin présente en Belgique ! Cette entreprise propose des films et des séries en streaming sur l’internet. Le tout dans le confort de son salon. Auparavant, les fournisseurs télécoms locaux avaient déjà proposé des services similaires dans leur offre. Le trafic vidéo est appelé à exploser comme nous l’avions déjà à maintes reprises prévu dans notre l’indice prévisionnel des réseaux visuels (Visual Networking Index). Aux États-Unis, Netflix génère la plus grande partie du trafic internet entre 17 et 20 heures. La terre entière entend visiblement consommer de plus en plus de données.

En 2008, nous créions 5 exaoctets de données, ce qui est somme toute raisonnable à la lumières des standards actuels. Cependant, il faut mettre ce chiffre en perspective : cette année-là, l’humanité avait créé plus données en un que pendant toute son histoire. Et là il y a de quoi s’inquiéter…. En 2018, nous franchirons le cap de 1,2 zettaoctet d’information par jour et les chiffres deviennent de plus en plus hallucinants année après année. À l’horizon 2025, nous produirons chaque jour 100 zettaoctets de données, soit l’équivalent de 36 milliards de vidéos HD chaque année.

Le graphique vous montre ce qui se passe en soixante secondes sur l’internet. Chaque minute, cent heures de matériel vidéo sont téléchargées sur YouTube. Sur l’ensemble de ces données, 92% sont effectivement stockées. Quand nous voyageons, nous prenons des centaines de photos que nous conservons par la suite. Rien de plus normal pour les consommateurs, puisque le stockage ne lui coûte quasiment rien…

Cisco investit chaque année des milliards de dollars pour élaborer des routeurs et des commutateurs sans cesse plus rapides et puissants. Parallèlement, nos partenaires poursuivent aussi leur évolution. Cela vient à point nommer avec ce véritable tsunami de données. Reste à savoir ce que nous ferons avec ces vagues de données. Les Big Data constituent en effet le plus grand défi lié à l’Internet. Sans oublier la structuration de ces monceaux de données de manière à pouvoir en retirer quelque chose d’utile. En effet, plus de machines et de terminaux seront connectés à l’internet, plus de possibilités commerciales et autres pourront être découvertes et déployées. Dès lors que des milliards d’objets communiquent, apprennent et « s’entraident », l’innovation sera présente à chaque instant…

GlobalMobileDataTrafficDrivers

C’est ainsi qu’un grand détaillant a installé plus de huit cents caméras et capteurs dans son point de vente et également équipé chaque caddie d’un capteur. Une analyse vidéo lui permet de savoir quand un chariot est utilisé, combien de personnes sont exactement présentes, etc. Les caméras sont également orientées vers les rayons du magasin de manière à gérer automatiquement les réserves et les stocks. Elles peuvent toutefois aussi reconnaître les comportements humains. Dès qu’un consommateur regarde un produit et présente une réaction embarrassée, le système l’enregistre. Tout gravite autour d’une meilleure expérience pour le consommateur et un fonctionnement optimisé pour le détaillant, soit une interprétation très libre de l’analyse prédictive. Pour en savoir plus à ce propos, je vous invite à visionner cette vidéo intéressante sur la vente de détail de l’avenir.

C’est donc cela, l’IoE en action. Je pourrais encore vous donner des centaines d’exemples. Si ce même détaillant ouvre des milliers de points de vente, il génère, à peu de chose près, autant de données que Facebook. Il faut donc changer les modes de pensée en matière d’architecture IT et d’exigences réseau. Et c’est précisément ce que fait Cisco !

 

Mots-clefs :,

Collaboration pour tous !

 

Il ressort de différentes études conduites par Gartner, Forrester et Frost & Sullivan que les entreprises recherchent en permanence de nouvelles manières de se réunir virtuellement. La vidéoconférence HD augmente l’efficacité des réunions virtuelles, puisque les collaborateurs peuvent également y communiquer en utilisant le langage corporel. Nous l’avons parfaitement compris chez Cisco. A Cisco Live, nous avons présenté nos nouvelles solutions collaboratives destinées à tous les collaborateurs et donc plus seulement réservées aux PDG de ce monde. Le moment est venu de découvrir nos solutions de collaboration « physique » DX70 et DX80.

Collaboration sur le lieu de travail
Dans le cadre de notre quête de l’environnement collaboratif parfait, nous avons associé de très nombreuses technologies à notre ordinateur de bureau : téléphones destinés aux échanges vocaux, webcams, moniteurs, etc. Cette accumulation de technologies en vue de s’acquitter de tâches spécifiques représente un coût considérable pour les entreprises qui doivent acheter tous les logiciels et le matériel séparément. Le staff IT n’apprécie pas non plus cet imbroglio. Les nouveaux appareils de bureau de Cisco apportent une solution à ce problème. S’il est vrai que les appareils DX ont l’aspect d’un PC de bureau, ils n’en intègrent pas moins toutes les technologies.

Ils sont équipés d’un écran tactile et rassemblent toute l’expertise de Cisco en matière de vidéo HT, d’audio et de vidéoconférence haut de gamme en un seul appareil. Le système d’exploitation Android permet à d’autres parties de développer des applications pour encore mieux combler les souhaits des utilisateurs. Je pense, par exemple, à l’intégration avec le système CRM.

Le DX80 est doté de la technologie Intelligent Audio qui assure que ce qu’on voit est ce qu’on entend. En effet, cette technologie filtre les bruits de fond. La technologie Proximity permet aux utilisateurs de coupler leur DX à leur téléphone mobile, de manière à pouvoir également accéder à leurs contacts personnels et à l’historique des appels. Ces appareils conviennent parfaitement pour une utilisation sur des postes de travail partagés parce qu’ils « gardent en mémoire » les différents utilisateurs. Un utilisateur doit seulement saisir ses données de connexion, l’appareil recherche ensuite automatiquement ses paramètres, listes de contact, historiques, etc.

Collaboration dématérialisée dans le cloud
Dernier élément et non des moindres, je me réjouis de vous annoncer une autre nouveauté remarquable. Vous connaissiez déjà nos solutions TelePresence et Webex, mais saviez-vous qu’on pouvait les combiner ? Nous avons ainsi associé la puissance de TelePresence à l’évolutivité et à la flexibilité de Webex dans les Collaboration Meeting Rooms (CMR). Celles-ci fournissent à chacun un propre espace de réunion vidéo dans le cloud. Tout le monde peut toujours y organiser des réunions auxquelles il est possible de participer avec le terminal de son choix. Même avec un logiciel client comme Microsoft Lync, vous pouvez participer à une réunion dans le cloud privé.

En somme, c’est la collaboration pour tous !

 

Mots-clefs :, ,

Et alors?

 

Seize grandes entreprises françaises ne veulent plus de réunions ou de courriels après 18 heures ! Je doute que l’hexagone puisse ainsi rattraper son retard sur les voitures allemandes, mais c’est une autre histoire… Les personnes prises en flagrant délit de messagerie ou de réunion seront sans doute sanctionnées par le retrait de leur smartphone ou encore la coupure de leur accès à internet. La prochaine étape est sans doute l’installation d’une pointeuse pour les travailleurs de la connaissance. Certains se souviendront peut-être de la série flamande Les Collègues, très révélatrice à ce propos ?

J’avais la faiblesse de penser que la France était synonyme d’Égalité et de Fraternité, mais surtout de Liberté.
Je chéris ma liberté, j’aime à « régler » ma vie et mon travail. J’apprécie un peu moins les règles tatillonnes, surtout quand elles n’ont aucun sens. Serait-il possible que la majorité partage cet avis ?

Chez Cisco, les enquêtes de satisfaction internes régulières montrent précisément que la flexibilité accordée à nos collaborateurs est un facteur de motivation décisif. Dans notre cas, cette flexibilité est indissociable d’une utilisation intelligente des dernières technologies.

Aujourd’hui, nos collaborateurs sont plus productifs et plus heureux parce qu’ils organisent leur travail eux-mêmes, à leur guise, quand et où cela leur convient ! Il faut se rendre à l’évidence, certaines traitent leurs e-mails entre 21 et 22 heures. Et alors ?

Il se peut en effet qu’ils aient recherché leurs enfants à l’école avant 18h00 et qu’ils n’aient donc pas « travaillé » jusqu’à 18h00. Et alors ?

Il est possible que, grâce à l’internet, ce même collaborateur ait traité l’une ou l’autre affaire privée importante – pendant les heures de bureau. Et alors?

Créer la bonne ambiance de travail, définir précisément les tâches, récompenser les collaborateurs en fonction des prestations, être exigeant avec ses collaborateurs tout en le respectant, et donner le bon exemple !

Je crains que la France se soit manifestement trompée de débat.

Mots-clefs :, ,

Nos efforts reconnus

 

Vous n’êtes pas sans savoir mes préférences pour le sport cycliste, mais j’ai visionné hier avec beaucoup de plaisir le programme « Iedereen Duivel », une émission de la première chaîne de télévision flamande consacrée aux Diables Rouges. Il semble que tout le pays vive au rythme du Championnat du monde du Brésil. Difficile aussi de trouver que la participation de nos Diables Rouges est injuste. En effet, elle est la récompense méritée d’une campagne de qualification en tous points remarquable. On ne pouvait rêver plus belle introduction à mon parallèle avec Cisco Belux qui, dans la foulée d’une année en tous points fantastique, fait partie des entreprises nommées pour deux Data News Awards for Excellence. Et force est de reconnaître que nous avons fourni un travail extraordinaire dans les deux catégories.

DataNews

 

Security Solution Award for Excellence
Je suis vraiment ravi de notre nomination dans la catégorie Security. L’année dernière, Cisco a effectivement consenti des efforts considérables pour pouvoir répondre à la recrudescence des cyberattaques lancées contre les entreprises. Et le moins que l’on puisse dire c’est que ces efforts ne sont pas passés inaperçus. Cisco propose en effet des solutions capables de neutraliser les menaces, d’identifier des dommages et de ré-opérationnaliser les systèmes après une attaque. Forte de sa Security Intelligence Operation (SIO) et de la Vulnerability Research Team de sa filiale Sourcefire, Cisco détecte désormais en permanence les tendances du piratage, les nouveaux logiciels malveillants et d’autres tentatives d’infraction afin de pouvoir prendre des mesures adaptées avant, pendant et après une cyberattaque. Grâce à la reprise de Sourcefire, nous proposons désormais une protection du centre de données et de l’informatique en nuage aux terminaux de l’utilisateur final en passant par le réseau.

Une étude d’un bureau américain de recherche indépendant, NSS Labs, a récemment confirmé que notre solution de protection contre les logiciels malveillants avancés (Advanced Malware Protection ou AMP) est le logiciel le plus rapide et plus précis pour détecter des menaces. Si vous n’êtes toujours pas convaincu, je vous invite à consulter l’aperçu des 20 dernières attaques par logiciel malveillant via e-mail et le temps écoulé entre la détection et l’élaboration d’une solution contre ces attaques. Dans les vingt cas, Cisco 10 est parvenue à proposer une solution dix heures plus tôt que les autres fournisseurs.

 

Enterprise Collaborative Solution Award for Excellence
Nous nous positionnons aussi parfaitement bien dans cette catégorie. En 1998, nous étions porteurs d’une véritable révolution : la téléphonie sur IP. Entretemps, nous disposons de l’offre collaborative la plus étendue sur le marché avec la téléphonie, la communication unifiée, les systèmes de conférence vidéo, audio et web, les centres de contact et le système de TelePresence. Notre vision consistant à utiliser le plus possible le standard ouvert IP a clairement été la bonne voie ! Nous avons aussi été de parfaits visionnaires avec deux évolutions décisives de ces dernières années : la vidéo et la mobilité.

Le point de départ de notre raisonnement est de plus en plus l’expérience de l’utilisateur final. Nos terminaux vidéo s’intègrent à la perfection, par exemple, à votre tablette ou smartphone pour partager des présentations. Quant à l’image vidéo, elle n’a plus la taille d’un timbre-poste ! Au cours de la présentation, il est possible de consulter les transparents précédents, voire de prendre soi-même une photo de sorte qu’il ne faille plus attendre une semaine pour obtenir l’e-mail avec la présentation. Via Salesforce.com, je peux immédiatement établir une connexion avec mon Sales Manager pour demander des explications, sans devoir ouvrir une autre application, démarrer un chat ou passer à la vidéo.

Restait toujours une pierre d’achoppement où nous pouvions encore nettement nous améliorer. Par le passé, je recevrais encore ci et là des remarques concernant l’aspect et la convivialité de nos appareils : « typés trop américains », « trop grands », « trop lourds »… Dans ce domaine, nos progrès ont aussi été considérables ! Récemment, l’ensemble de notre gamme de nouveaux terminaux vidéo a ainsi été primée par un « Red Dot Award », l’oscar du monde du design… http://www.youtube.com/watch?v=ntifl4VnL68

 

Autant de raisons pour lesquelles j’espère secrètement que nos deux nominations se transformeront en deux prix le 8 mai prochain. Entretemps, les lignes sont fermées et nous y croyons fermement !

 

 

Mots-clefs :, , , ,

Le tout dépasse la somme des parties

 

La semaine dernière, nous avons célébré le cinquième anniversaire de notre système informatique unifié, l’« Unified Computing System » (UCS). Les chiffres ont largement dépassé nos attentes les plus optimistes ! Lors du lancement d’UCS en 2009, la conjoncture économique était des plus sombre. En effet, il ne restait que quelques miettes des grands budgets informatiques de jadis. Il était à l’époque plus que logique que de nombreux observateurs s’interrogeaient sur le bien-fondé de la démarche de Cisco, à savoir l’entrée sur un nouveau marché où des valeurs établies faisaient la pluie et le beau temps. Aujourd’hui, Cisco est numéro deux mondial des serveurs à lames x86. En Australie, nous sommes numéro 1, au Belux, numéro 2, et nous grapillons des parts de marché, trimestre après trimestre, quitte à faire des jaloux…

Les raisons de ce succès ? Notre vision et les fonctionnalités uniques de l’UCS, la première innovation authentique dans le secteur des serveurs depuis des années.
En 2009, de nombreux clients ont dû faire face à la complexité opérationnelle des centres de données. Le problème ne résidait pas dans la complexité des technologies individuelles, mais dans leur articulation.

L’UCS est davantage qu’un blade server. En effet, les clients reçoivent en même temps un châssis, un commutateur et le système de gestion. L’UCS est une architecture qui réunit l’informatique et le réseau, et facilite l’accès à la virtualisation et au stockage (pour un couplage encore plus simple avec le stockage, nous avons les systèmes de centres de données intégrés FlexPod et Vblock). Le tout dépasse la somme de parties.

 

UnifiedComputingSystemEntre-temps, nous avons plus de 30 000 clients UCS dans le monde, tous de grosses pointures dans leur domaine, puisque 75% des clients font partie des entreprises Fortune 500. Plus de 3 850 partenaires vendent aujourd’hui l’UCS de Cisco, dont plus de la moitié sont spécialisés dans cette technologie. Nous sommes ainsi arrivés en à peine cinq ans à nous hisser sur la deuxième marche du podium sur le marché des serveurs à lames x 86. C’est ce qui ressort du rapport IDC de février 2014. Cisco est également le leader du Gartner Magic Quadrant pour les serveurs à lames (blade servers).

Bien que je ne sous-estime certainement pas l’évaluation de Gartner, j’attache au moins autant d’importance aux témoignages et réactions de nos clients. « En choisissant de jouer la carte de l’UCS, nous avons pu réduire le nombre de serveurs, gagner de l’espace, comprimer les frais opérationnels et réduire de dix pour cent notre consommation d’énergie », fut une des réactions que j’ai reçues hier. Que demande le peuple ?

 

Mots-clefs :, , ,

La situation est grave, mais pas désespérée

 

Nous savions d’ores et déjà qu’il était impératif pour les entreprises de surveiller en permanence les réseaux et les systèmes, et de détecter les menaces. Cependant, la situation est plus grave que nous ne l’avions imaginée. L’année dernière signe un triste record, celui du plus grand nombre de menaces internet jamais enregistrées. En 2013, pas moins de 95 pour cent des grandes entreprises ont en effet été la cible de trafics malveillants. C’est ce qui ressort de la sixième édition du rapport Annual Security Report (ASR) publiée en janvier par Cisco. L’ASR présente l’état de la sécurisation de l’information à l’échelle mondiale. Parallèlement à la recrudescence du nombre de menaces, la prise de conscience de l’importance vitale de la sécurisation se renforce aussi au sein des entreprises. Bien que le rapport dresse un sombre tableau de l’état actuel de la cybersécurité, nous nous devons de rester optimistes et de rétablir la confiance au sein des entreprises.

À cet effet, l’on peut prévoir, entre autres, une sécurisation avant, pendant et après une attaque. Afin de vous préparer aux attaques, vous devez savoir exactement ce qui se trouve sur votre réseau, car il n’est pas possible de protéger ce que vous ne voyez pas. Ce n’est qu’à partir de ce moment que vous pouvez commencer à élaborer des stratégies efficaces et de paramétrer des points de sécurisation. Pendant les attaques, vous devez disposer de solutions capables de neutraliser un large spectre de menaces, tant sur le réseau que sur les terminaux mobiles et les environnements dématérialisés. Après une attaque plus ou moins réussie, vous devez à nouveau disposer des procédures et produits nécessaires pour identifier et limiter les dégâts, et pour que tout soit à nouveau opérationnel le plus rapidement possible.

before during after

Cyber Attack Continuum

Cisco est d’ores et déjà armée pour faire face à ces attaques. Forte de son réseau Cisco Security Intelligence Operation (SIO) et de l’équipe Vulnerability Research Team de Sourcefire, une de ses filiales, Cisco analyse désormais en permanence les tendances en matière de piratage, de nouveaux logiciels malveillantes et d’autres tentatives d’infractions. Grâce à l’extension de notre expertise avec les collaborateurs de Sourcefire, Cisco a encore renforcé son approche en matière de problèmes de sécurisation. Une orientation dont elle récolte d’ores et déjà les fruits aujourd’hui comme le prouve l’aperçu des 20 attaques de logiciels malveillants les plus récentes via e-mail et le temps nécessaire à Cisco pour concevoir une solution pour les contrer. Comparativement aux principaux spécialistes de la sécurisation, Cisco est le premier à proposer une solution dans les vingt cas, en l’espace de quelques heures. Les autres fournisseurs publient leur solution dix heures plus tard en moyenne.

Un réseau correctement sécurisé va de pair non seulement avec une fiabilité accrue, mais également avec d’autres avantages. Il ressort ainsi d’une étude de Forrester que le délai de récupération des investissements de notre moteur Identity Services Engine (ISE), qui gère l’accès au réseau, est très court. On notera aussi une baisse de 75 % des coûts liés à l’appel aux helpdesks, et un retour sur investissement de 212% dans une période de neuf mois. Le moteur ISE permet à une grande entreprise d’économiser 885 000 dollars par an !

Frank De Reymaeker

Frank De Reymaeker est Head of Enterprise Networking and Security chez Cisco Belux et blogueur invité sur Pol’s blog.

Mots-clefs :, , , ,

More Posts