Cisco France Blog
Partager

Les saumons norvégiens victimes de cybercriminalité


1 avril 2015


La belle image touristique des fjords norvégiens laisse apparaitre en arrière-plan certains contrastes en matière d’écologie. Si l’économie du pays repose sur les performances de l’industrie pétrolière de mer du nord, une réelle volonté de préservation des espèces est à l’œuvre à travers des initiatives remarquables:

  • La réserve de préservation des semences mondiales de Svalbard dans le Spietzberg constitue un site unique de bunker dans les glaces pour garantir la préservation des espèces végétales.
  • Le pays mène d’importants projets d’études sur la préservation des saumons sauvages, enjeu économique et écologique face à la pêche intensive.

La Norvège se réjouissait de son programme « Saumon Forever » doté de 19 millions de couronnes norvégiennes. Il avait permis de déployer en 3 ans plus de 37500 puces UWiFi (Under-Water Wifi) sur de nombreux bancs de saumons. Le géolocalisation des bancs, les indications de  température et de salinité  de l’eau remontent à travers un système de balises sous-marines.

Le projet a été rendu possible par une coopération unique avec la NFBTR (Nasjonal Forebygging Byrå Tsunami Risiko), l’Agence Nationale de Prévention des Risques de Tsunami. Celle-ci a accepté de mutualiser son réseau de 167 antennes UWiFi normalisées IEEE SoulO.11. pour ce nouveau cas d’usage. « Notre agence jouait déjà un rôle essentiel face aux risques de tsunami, elle devient un acteur essentiel de la préservation des saumons et le développement de la filière économique »,  déclarait le responsable de cette agence Mr Olaf Löth.

Le programme « Laks og Tsunami» a failli conduire indirectement à la disparition du saumon norvégien. Les infrastructures de communication insuffisamment protégées ont permis à des hackers mal intentionnés de revendre les données temps réel  à des flottes de navires de pêche intensive, leur permettant de se positionner là où les bancs de saumons se déplacent. Après un an, cette pêche intensive a conduit à une réduction des populations de l’ordre de  32%.

Cartographie des producteurs de saumon (Source : Le Monde, http://www.lemonde.fr/economie/article/2013/12/22/alerte-rouge-sur-le-saumon_4338805_3234.html)

Aujourd’hui, la Norvège se félicite d’avoir confié en 2014 à Cisco une étude globale d’architecture qui a permis d’améliorer la collecte des informations à partir de capteurs IPv6 embarqués et de la sécurisation de l’ensemble des composants de la chaîne de communication pour contrer les cyber-attaques.
« Nous avions un doute sur le fait que nos informations ne bénéficiaient qu’à notre agence. La rencontre d’Ifremer en France nous avait sensibilisés sur les risques liés à la cybercriminalité et nous avions étudié en détail le rapport du sénateur Jean-Marie Bockel sur cette question. Nous partageons à présent ses conclusions ». A présent, la NFBTR vogue sur des flux sécurisés et des flots paisibles. La ressource est préservée et l’économie assurée.

L’Ecosse, autre challenger sur ce marché du saumon, se lance à son tour dans un challenge comparable en misant sur la video et la plateforme de projets Cisco Spark pour animer une communauté d’acteurs volontaires. Et si le tchat venait ainsi au secours des saumons ?
« Dans la mer, il faut chasser en bancs, c’est avec une communauté large que nous préserverons nos ressources », indique le Ministre de la Mer écossais, Mr Mc Raw, qui ajoute : « Scots do it better ! ».

Pour en savoir plus : Lisez l’article du Monde : alerte rouge sur le saumon  

Tags:
Laisser un commentaire