Cisco France Blog
Partager

36% des Français n’ont pas accès aux réseaux sociaux depuis leur lieu de travail et 27 % d’entre eux ne sont pas autorisés à utiliser la messagerie instantanée : les politiques et règles informatiques des entreprises sont-elles toujours adaptées ?

- 14 December 2010

Cisco publie tous les ans une étude dénommée “Cisco Connected World Report”, qui consiste à sonder à la fois des utilisateurs finaux et des professionnels de l’IT sur des sujets tournant autour des nouveaux usages du réseau, de la mobilité, et de la sécurité. Ce rapport, qui fournit des résultats par pays, permet de faire ressortir quelques tendances autour des attentes des utilisateurs et de la vie des équipes IT.
Dans ce premier post, je vais m’intéresser à la partie II du rapport, qui traite de l’adéquation de la politique d’usage des ressources IT aux besoins des utilisateurs et de son respect par ces derniers. Commençons d’abord par une bonne nouvelle : 8 utilisateurs finaux sur 10 sont au courant qu’un telle politique existe au sein de leur organisation. Après, la communication de cette politique semble faire plus débat, puisque 33% des utilisateurs disent qu’elle leur est communiquée sous une forme inadaptée. Mais ne nous attardons par trop sur ce sujet (qui mériterait pourtant de s’en préoccuper, car qui n’a jamais signé une telle charte sans la lire???), pour nous focaliser sur un point : Les utilisateurs respectent-ils cette fameuse politique ?
Il est clair que l’adhésion des utilisateurs n”est pas franchement massive : 37% des utilisateurs disent respecter la politique en permanence, quand 67% disent la respecter “la plupart du temps” (sic!). Mais si on se penche sur les raisons, c’est ici qu’un écart se creuse entre les équipes IT et les utilisateurs. En effet, si on demande aux équipes IT pourquoi les utilisateurs ne respectent pas cette politique, il vont citer trois raisons : Ils pensent que les utilisateurs estiment qu’il n’y a pas de risque (38%), qu’ils ne comprennent pas les enjeux sécurité (27%), voire qu’ils se fichent de la politique (29%). Posons maintenant la question aux utilisateurs finaux : La réalité est qu’ils violent la politique parce qu’ils en ont besoin pour travailler mais également pour des raisons personnelles (de nombreux utilisateurs n’ont qu’un ordinateur : celui du bureau, et l’utilisent donc à des fins personnelles). Parmi les interdits, les outils liés aux réseaux sociaux (facebook, youtube…), et la messagerie instantanée sont souvent évoqués. L’écart est donc important entre les équipes IT et les utilisateurs finaux.
Le moment est sans doute venu de revoir les politiques sécurité à l’aune des nouveaux usages (vidéo, collaboration, réseaux sociaux) pour que la sécurité soit un catalyseur d’innovation et ne soit pas un frein au business, comme elle l’a parfois été, et comme elle ne pourra plus l’être.
Dans un prochain post, nous nous intéresserons plus précisement à ces nouveaux usages autour de la mobilité, et les attentes des utilisateurs. En attendant, retrouvez l’intégralité de la partie de l’étude sur laquelle s’appuie ce post ici.
Laisser un commentaire