Blog Cisco France – Green IT

70% des DEEE incinérés ou enfouis en 2008! Que faisons-nous?

Le Cniid vient de publier cette information effrayante: 70% des DEEE ont été incinérés ou enfouis en 2008! 🙁

Le Cniid (http://www.cniid.org),  Centre national d’information indépendante sur les déchets est une ONG agréée pour la protection de l’environnement, spécialisée dans la problématique des déchets municipaux. Elle mène campagne en faveur d’une gestion écologique de ces derniers notamment grâce à leur réduction à la source (en quantité et en toxicité) et au détournement de l’incinération et de la mise en décharge.

Les DEEE sont les Déchets d’Equipements Electriques et Electroniques  et les producteurs d’EEE sont responsables de l’enlèvement et du traitement des DEEE issus d’équipements mis sur le marché après le 13 août 2005.

DEEE dans Paris (2008)

Le calcul du Cniid repose sur les éléments suivants (je cite Hélène Bourges du Cniid):
“Chaque année, selon l’ADEME, un français jette entre 16 et 20 kg de DEEE. En 2008, 5,7kg de DEEE ont été collectés sélectivement par habitant selon le ministère. Cela veut dire, en prenant comme référence 16kg/hab/an, que 10,3 kg/hab ont échappé à la collecte sélective et ont donc été jetés dans la poubelle ordinaire, destinée à l’incinérateur ou à la décharge. Toujours d’après les chiffres du ministère, 18 % des DEEE collectés sélectivement sont incinérés ou enfouis. Il suffit de faire un calcul en partant de ces chiffres pour connaître la proportion de DEEE incinérés et enfouis par rapport à la production totale de DEEE et non pas seulement par rapport à la quantité de DEEE collectés sélectivement. Soulignons que ce chiffre aurait été encore plus élevé si j’avais pris comme référentiel pour la production totale de DEEE 20 kg/an/hab. J’ai fait le choix de prendre la valeur basse de 16 kg, me doutant que le résultat serait de toute façon hallucinant. Ce chiffre de 70% permet de relativiser les envolées du ministère et des éco-organismes s’auto-congratulant en diffusant à tort et à travers le chiffre de « 81 % des DEEE sont recyclés », en omettant soigneusement de dire que ces 81% ne concernent que les DEEE collectés sélectivement, c’est à dire moins d’un tiers des DEEE.”
Article du Cniid: http://www.cniid.org/index.php?option=com_content&view=article&id=108&catid=3&itemid=20

Notre industrie est clairement productrice d’EEE. Que faisons-nous donc pour les éliminer et les recycler en fin de vie?
Cisco mis en place une structure de reprise d’équipements en fin de vie avant la mise en place des DEEE, le programme “Take Back and Recycle”. Nous avons ainsi organisé en Europe un circuit de collecte et de recyclage de nos systèmes et le passage à la DEEE a notamment demandé une déclaration spécifique dans les pays de l’UE. Au final, nos produits collectés sont très bien recyclés (à plus de 99%)(cf rapport RSE 2009).

Alors tout va pour le mieux de notre coté?
Notre regret est que nous collectons relativement peu de produits: moins de 20% de ce que nous commercialisons! Où finissent donc les équipements? Chez des brokers qui peuvent valoriser au poids les systèmes (un chassis contient beaucoup de métal par exemple) ou bien sur le marché de l’occasion (bien que les licences logicielles ne soit pas cessibles sans l’accord de Cisco). Et souvent, la valorisation en fin de vie est de piètre qualité ou inexistante.

Alors ne laissez pas dormir vos vieux équipements Cisco! Utilisez les programmes mis en place par Cisco pour leur recyclage!

Olivier.

Toutes les infos (en anglais) sont accessibles sur:
Take Back and Recycle: http://www.cisco.com/web/about/ac227/ac228/ac231/about_cisco_takeback_recycling.html
DEEE (en anglais WEEE): http://www.cisco.com/web/about/ac227/ac228/ac231/WEEE/English/OfficialStatement.html
Rapport RSE Cisco 2009: http://www.cisco.com/web/about/ac227/csr2009/index.html

Mots-clefs :, , , ,

Le commutateur à énergie positive annoncé

Nous venons de dévoiler aujourd’hui un projet tout-à-fait révolutionnaire: le commutateur Ethernet à énergie positive. Le commutateur génère plus d’énergie qu’il n’en consomme en exploitation.
L’idée a germé chez Cisco depuis que le Grenelle de l’environnement avait annoncé les nouvelles règles liées aux évolutions de la réglementation thermique des bâtiments (passage de la RT 2005 à la RT 2012 (bâtiment basse consommation) puis à la RT 2020 (bâtiment à énergie positive)). John Chambers, notre PDG toujours à l’écoute de l’innovation, lors de l’une de ses visites en France, avait été fortement impressionné par cette évolution et avait demandé à l’ingénierie Cisco de travailler sur un projet de nature similaire pour les équipements réseaux.
Après deux ans de recherches acharnées, les premières simulations s’avèrent très encourageantes et les prototypes devraient sortir fin mars/début avril 2011, pour une commercialisation en 2012. Le principe est assez simple: utiliser l’énergie des électrons qui circulent dans le réseau. En effet, un commutateur d’accès possède des interfaces Ethernet vers le cœur du réseau et des interfaces vers les clients (ordinateurs, serveurs, téléphones IP, caméras, ….). Les interfaces vers le cœur du réseau sont à très haut débit (aujourd’hui 10 Gb/s, demain 40Gb/s puis 100Gb/s) alors que les interfaces vers les clients sont à des débits plus faibles (10/100/1000 Mb/s). Lorsqu’un client télécharge des informations (une vidéo par exemple), la vidéo arrive sur le commutateur à très grande vitesse; celui-ci doit rediriger le flux à plus faible vitesse vers le client. Le commutateur doit donc ralentir les électrons pour que le flux puisse s’écouler sans congestion vers le client. Aujourd’hui, cette opération demande de l’énergie, demain elle en générera. Les processeurs réseau du commutateur utiliseront ce flux d’information pour produire de l’énergie comme une turbine hydraulique utilise l’eau de la rivière pour fonctionner. Lorsque le trafic sera intense (par exemple lors d’un téléchargement massif de vidéos), le surplus d’énergie sera injecté sur les liens Ethernet du client via la technologie POE (Power Over Ethernet).

Ce sont des nouvelles perspectives de design de réseaux qui s’ouvrent à nous aujourd’hui…

A suivre,

Olivier.

Mots-clefs :, ,

EnergyWise s’étoffe

EnergyWise s’enrichit: nous venons d’annoncer la phase 2 du programme EnergyWise.
EnergyWise a pour but de réduire les consommations électriques d’un bâtiment industriel ou tertiaire en utilisant le réseau IP pour mesurer les consommations, agréger les résultats et activer/désactiver les systèmes électriques suivant des politiques.
L’ambition d’EnergyWise s’exprime bien dans cette courte vidéo (sous-titrée en français) d’une mn.

EnergyWise a été annoncé en janvier 2009 et la première phase permettait le contrôle des équipements directement alimentés par les commutateurs via la technologie POE (Power Over Ethernet), comme des IP Phones, des caméras de surveillance IP ou des Points d’accès WiFi.
L’annonce de la phase 2 introduit deux principales nouveautés:
– la plate-forme de gestion Orchestrator (et la possibilité de contrôler des PC via EnergyWise)
– la mise à disposition d’un kit de développement et d’API pour que des produits tierce partie s’interfacent avec EnergyWise.

Orchestrator se compose de deux éléments: une plate-forme d’administration où les politiques de mises en veille et les tableaux de bords sont construits et des agents installés sur les PC (sous Windows 7, Vista ou XP) chargés d’exécuter les politiques et de remonter les informations de consommation. La plate-forme d’administration peut piloter les systèmes alimentés en POE par les commutateurs ainsi que les PC (qui possèdent un agent). La commercialisation devrait intervenir en mai.

En parallèle, afin de permettre aux industriels d’utiliser les services EnergyWise, Cisco annonce un programme Cisco Developer Program (CDN) pour Energywise. Le programme CDN existe déjà pour les communications unifiées et les technologies sans fil. Les sociétés désireuses d’interfacer leurs solutions avec les services EnergyWise disposeront d’un kit de développement et d’un accès aux API EnergyWise. Elles pourront valider l’interopérabilité de leurs développements via une plate-forme de test. Le programme débutera en juin.

Nous devrions ainsi voir apparaître dans les mois à venir de nombreuses solutions tierce partie et des déploiements EnergyWise .

Vous trouverez des informations supplémentaires sur http://www.cisco.com/go/energywise (notamment un calculateur en ligne qui permet rapidement d’estimer les économies générées par EnergyWise).

Olivier.

Mots-clefs :, , ,

Eco-TIC et collectivités locales

Je suis dans le journal! 🙂
Le dernier numéro du magazine Régions Magazine (n°96) vient de paraître et consacre son dossier sur les TIC. J’y suis interviewé et je développe les apports des TIC pour le développement durable des collectivités. J’ouvre quelques perspectives sur des usages vertueux rendus possibles par les TIC, depuis la gestion des énergies en temps réel, la diminution des déplacement par les outils de collaboration jusqu’à la meilleure utilisation des infrastructures existantes (comme le cas des locaux d’enseignements utilisés aujourd’hui moins d’un jour sur deux). Le magazine est à destination des élus et des acteurs des régions, une population souvent éloignée du monde des TIC et peu consciente des enjeux qui y sont associés.


Tout en ligne sur Régions Magazine
.
Le magazine est en téléchargement gratuit et vous me retrouverez page 12.

Bonne lecture!

Olivier.

Mots-clefs :, ,

Une récompense Green pour Cisco

Nous avons été distingué lors du CEBIT 2010 par le “Green Award” décerné par le magazine allemand CHIP. Le jury tenait à distinguer la qualité et l’innovation du pilote Smart Grid lancé avec Yello Strom que j’évoquais dans un précédent billet (http://newsroom.cisco.com/dlls/2009/prod_100509e.html). Le pilote consiste à mesurer en temps réel les consommations électriques de 70 maisons par des compteurs communiquants et à permettre aux occupants de contrôler les mises en route de certains équipements via un système de gestion de l’énergie.

Le magazine CHIP est une référence en Allemagne dans le secteur des technologies numériques. Il touche chaque mois près de 1,6 millions de lecteurs et les CHIP awards récompensent les produits et services autour de l’innovation et des Eco-TIC.

Les germanophones pourront trouver plus de détails sur le site de CHIP:

http://www.chip.de/news/CHIP-Awards-2010-Das-sind-die-Sieger_41776295.html

Olivier.

Mots-clefs :, , ,

Le blues du green

Aucune publication sur ce blog depuis le 19 janvier.

Mais que se passe-t-il? Avons-nous été touché par un virus mortel? L’écoresponsabilité a-t-elle disparu de nos priorités? Tous les sujets ont-ils été traité? Aucune actualité n’est-elle suffisamment pertinente pour être relayée?

Je pense que nous avons simplement connu un passage à vide: nous sommes victimes du blues du green!

Je crois que l’échec de COP15 a démobilisé pas mal de monde et  l’absence d’un nouveau cadre réglementaire a conduit certains à relacher l’effort et à ralentir leur engagement. Bien sûr tout le monde se sent concerné, et peut-être faut-il se rappeler la différence entre concerné et engagé. Une image éclairera mieux mon propos: dans l’œuf au bacon, la poule est concernée et le porc est engagé! 😉
Je crois que nous sommes tous un peu trop concernés mais trop peu engagés…

Ce silence de deux mois reflète ce sentiment. Je suis consulté pour information, mais le passage à l’acte reste difficile. Du reste, je n’ai pas eu beaucoup de commentaires entre temps…

Maintenant que le printemps revient (et le soleil aussi), il est temps de sortir de cette léthargie!

Retour au clavier et place à l’action!

Olivier



Mots-clefs :, ,

Réductions des émissions de CO2 des bâtiments, des solutions à la portée de tous.

La décision prise par Cisco de réduire ses émissions de CO2 de 25% à l’horizon 2012 par rapport à 2007 a généré beaucoup de discussions sur l’approche à adopter pour atteindre l’objectif.

Nous avons rapidement réalisé que nous étions confrontés à un défi majeur. Nos bâtiments n’étant pas équipés de capteurs, qui nous permettent de mesurer précisément la consommation par zone, il nous était donc difficile de calculer un retour sur investissement par projet. Nous avons donc pris la décision de mesurer nos gains au niveau du bâtiment et de mettre en œuvre nos propositions sans avoir une idée précise de l’impact de chacune d’elles, en commençant par celles dont le coût était limité. Notre objectif était d’enclencher une dynamique pour générer des économies qui pourraient financer de nouveaux projets.

Sur la base de la consommation relevée sur les derniers douze mois, nous avons économisé 13% d’énergie, en mettant en œuvre les actions suivantes :
– Augmentation de la température de 4° dans les salles informatique et les laboratoires,
– Réduction et consolidation des équipements informatiques,
– Déploiement d’ampoules basse consommation,
– Installation de détecteurs de présence dans les toilettes,
– Extinction systématique des lumières le soir par le personnel de surveillance.

Toutes ces solutions ont été mises en œuvre à coût minimal (voire nul) en quelques semaines.

En conclusion, il est possible de mettre en œuvre des initiatives qui ont impact sur les émissions de gaz à effet de serre, tout en générant des économies qui financent de nouveaux projets.

Mots-clefs :

En attendant COP16

COP15 est mort, vive COP16!

Si COP15 n’a pas tenu ses promesses pour la signature d’un accord contraignant au niveau des états, la conférence a permis aux ONG, à la société civile, aux régions, aux collectivités locales de se rencontrer, d’échanger, de s’organiser et de lancer des initiatives. La conférence a également permis de sensibiliser les opinions publiques sur les sujets environnementaux et sur la prise de conscience de la nécessité d’agir rapidement.
Quels sont les axes d’action en attendant un accord global chiffré, probablement pour COP16 en décembre prochain?
A nous d’agir et comme le disait Gandhi: “Soyez le changement que vous voulez voir dans le monde”.

John Chambers, PDG de Cisco, a écrit un article en ce sens et évoque, dans un article publié sur http://www.climateleadership.net/article44.html#l , le volontarisme que nous devons mettre en œuvre à travers un plan en quatre points:
“- Make yourself relevant
– Commit to something meaningful
– Lead by example
– Be visible and vocal”

La feuille de route de 2010 se dessinera dans l’action!

Je vous souhaite une excellente année pleine de santé, de joie et remplie de projets éco-TIC!

Olivier.



Mots-clefs :, , ,

Du mauvais usage de la collaboration sur COP15

Clairement la conférence COP15 est passée à coté des enjeux annoncés. Quelle déception que de constater cette débauche de moyens pour accoucher dans la douleur d’une déclaration politique minimale ! Quelle déception que de constater que nos hommes politiques sur des enjeux planétaires restent accrochés à la poursuite d’intérêts personnels ! Quelle déception que de constater l’incapacité des organisations  internationales à agir.

Nous avons – hélas – assisté au mauvais usage de la collaboration internationale. Cela n’a rien à voir avec de la technologie bien sûr, mais cela illustre clairement que des initiatives comme celles autour des Eco-TIC n’ont de sens qu’avec un engagement politique clair (une gouvernance dans le cadre de l’entreprise).

Je vous encourage à regarder l’interview de Corinne Lepage (via Téléprésence), 1ère vice-présidente de la commission environnement du parlement européen, qui nous résume ce fiasco et ouvre les pistes de l’après-Copenhague: http://www.terre.tv/#/fr/rechauffement-climatique/entretien/2651_corinne-lepage-fait-le-bilan-du-sommet-de-copenhague

Olivier.

Mots-clefs :, , ,

Du bon usage de la collaboration sur COP15

Vous savez que COP15 dispose de salles de Téléprésence pour que les délégués puissent communiquer sans contrainte avec leurs correspondants (cf mon précédent post).

Voici un exemple de l’usage de ces salles : la chaîne TerreTV (http://www.terre.tv/) réalise des interviews via Téléprésence. Plus la peine d’envoyer des caméramen ou des journalistes à Copenhague :  les envoyés spéciaux sont déplacés à Issy-les-Moulineaux dans la salle de Téléprésence Cisco et interviewent les délégués à Copenhague. Le bilan carbone est considérablement amélioré.

Quelques exemples de reportage :

http://www.terre.tv/#/fr/rechauffement-climatique/entretien/2624_la-compensation-carbone-un-outil-de-dernier-recours

http://www.terre.tv/#/fr/rechauffement-climatique/entretien/2629_en-direct-du-sommet-de-copenhague-avec-stefano-bonelli-decoact

http://www.terre.tv/#/fr/rechauffement-climatique/entretien/2561_changement-climatique-et-adaptation-dans-les-himalayas

Vous pouvez visionner les vidéos en HD (bouton qualité vidéo en bas).

Il faudra tout de même que l’on ajoute un calculateur automatique « économie de CO2 » dans nos salles de Téléprésence !

Olivier.

Mots-clefs :, , , ,