Cisco France Blog – Green IT

EnergyWise bientôt un standard

EnergyWise, technologie introduite par Cisco sur le marché en 2009, progresse vers la standardisation. L’IETF (Internet Engineering Task Force), responsable de la définition des standards d’Internet, vient en effet de publier la RFC 7326, intitulée « Energy Management Framework ».
Une RFC (Request For Comments ou Demande de commentaires) est un document qui définit une technologie ou une pratique à appliquer pour intéropérer sur Internet. Les RFC sont les documents produits par les groupes de travail ou Working Group responsables du développement de certaines technologies. Près de 130 groupes de travail sont ainsi actifs au sein de l’IETF.
Le groupe de travail Eman (Energy Management), formé en 2010, s’est donné pour mission de définir des technologies liées à la gestion de l’énergie par le réseau IP.
Trois RFC ont ainsi été publiées: la RFC 6933 (Entity MIB v4), la RFC 6988 (Requirements for Energy Management) et la toute dernière la RFC 7326 (Energy Management Framework). D’autres RFC sont en préparation.

La RFC 7326 reprend les fondamentaux d’EnergyWise et on y retrouve un certain nombre d’éléments tels que le concept d’attribut (role, importance, keywords), de domaine ou de Power State (Power Level dans EnergyWise). Le modèle des données des objets reprend les standards existants comme l’IEC 61850. Deux ingénieurs de Cisco se sont particulièrement investis au sein du groupe de travail Eman pour que la proposition aboutisse.

John Parello

John Parello

Benoit Claise

Benoit Claise

John Parello, l’architecte technique qui a inventé EnergyWise, l’a implémenté sur les équipements Cisco et continue de porter ses évolutions. Benoit Claise, Distinguished Engineer (l’élite des ingénieurs chez Cisco), architecte technique spécialiste des technologies de gestion de réseaux, a permis la création du groupe de travail Eman. Benoit a notamment, en plus de ses activités chez Cisco,  présidé le groupe de travail Eman dès sa création pendant 3 ans et préside maintenant le département (« area ») « Operations and Management » (qui comprend le groupe de travail Eman) au sein de l’IETF.

La publication de ses RFC va permettre d’accélérer l’adoption du nouveau modèle de gestion de l’énergie par le réseau IP.

Nous voyons se dessiner le système de gestion de l’énergie ouvert et intéropérable, basé sur le protocole IP de bout-en-bout, depuis la production en passant par le réseau de transport et de distribution pour aller dans le bâtiment. Les briques du Smart Grid se mettent ainsi en place!

Olivier.

PS: une ou un RFC? Personnellement, je penche pour le féminin, mais cela se discute!

Mots-clefs :, , , , , ,

Axelle Lemaire: un bâtiment qui obéit au doigt et à l’oeil? C’est possible!

Axelle Lemaire, notre secrétaire d’État chargée du Numérique depuis le 9 avril 2014 s’est récemment plainte de l’impossibilité de régler la ventilation d’une pièce de Bercy:

image001Voilà la cordonnière la plus mal chaussée!

Le numérique permet en effet de contrôler de manière très fine tous les systèmes techniques du bâtiment en liaison avec son occupant. Je pense notamment à deux solutions Cisco qui pourraient tout-à-fait résoudre ces désagréments: Cisco EnergyWise Manager et Smart+Connected Personalized Spaces.

Untitled

Cisco EnergyWise Manager: le tableau de bord de l’énergie du bâtiment

Cisco EnergyWise Manager est une plate-forme de gestion de l’énergie qui permet de mesurer finement et contrôler l’énergie d’un bâtiment, soit à travers des politiques prédéfinies, soit manuellement, soit à partir d’événements. Il est même possible de démarrer (ou éteindre) des systèmes en utilisant la géolocalisation à travers une application Ios ou Android: lorsque je m’approche ou je m’éloigne de mes systèmes, ils s’activent (ou se désactivent) selon la règle programmée.

Une autre solution permet également de gérer son environnement de travail: Smart+Connected Personalized Spaces. Cette application permet de réserver un espace de travail et automatiquement configurer tous les équipements nécessaires (téléphones, WiFi, éclairage, ventilation,…). Tous les services sont accessibles à partir d’un navigateur ou d’une application Ios ou Android.

Untitled

Cisco Smart+Connected Personnalized Spaces: l’écran de visualisation des espaces réservables

Le bâtiment connecté permet aujourd’hui de commander son environnement au doigt et à l’oeil.

Madame Lemaire, nous sommes à votre disposition pour mettre Bercy à niveau!

Olivier.

Mots-clefs :, , , , ,

GIEC: et après?

wg3coverLe GIEC, Groupe Intergouvernemental d’Experts sur le Climat vient de publier son 5ème rapport, l’AR5 ou Assessment Report 5, et alerte une nouvelle fois les Etats afin qu’ils réduisent leurs émissions de gaz à effet de serre. Le GIEC est chargé par l’ONU de fournir un état des recherches scientifiques sur l’évolution du climat. Près de 20000 études on été ainsi compilées par plus de 800 chercheurs.

Le 5ème rapport a été écrit en 4 tomes et livré au fur et à mesure. Fin septembre 2013, le premier volume était publié: l’état des connaissances scientifiques sur le réchauffement . Fin mars le rapport l’impact et l’adaptation du changement climatique en cours sur les sociétés et écosystèmes était livré, suivi le 13 avril par les réponses à apporter au changement climatique.

Une synthèse des ces rapports sera publiée fin octobre 2014 et clôturera la saga.

Un constat préoccupant

Le bilan s’avère bien plus alarmant que celui de la précédente édition (2007). Le Monde a publié une synthèse très claire sur les points soulevés par le rapport du GIEC.

Le réchauffement climatique est-il notre crise principale à adresser? Hélas non! Notre monde est en crises (environnementale, financière, sociale). Les rapports s’accumulent année après année sur des dysfonctionnements sérieux de notre environnement économique, naturel et social : taux de chômage, réchauffement climatique, crise alimentaire, surpopulation, inégalités, pollutions, crise financière, crise sociale, extinction des espèces animales et végétales, déforestation, etc.

L’évolution d’indicateurs multiples de l’activité humaine et de l’environnement depuis 1750 met en effet en avant une croissance exponentielle. Or une croissance exponentielle ne peut pas continuer indéfiniment à partir de ressources finies. Surtout que de multiples rapports indiquent que des seuils alarmants de consommation de ressources ont été dépassés, comme les travaux de Steffen en 2008 sur l’activité humaine l’indiquent.

Capture d’écran 2014-04-15 à 21.38.16

The great acceleration. New Scientist 2008 from Steffen et al 2004

De nouveaux modèles de développement doivent donc être élaborés et mis en place.
Repenser les modèles: vers l’économie circulaire?
Les crises que nous traversons actuellement ne sont pas conjoncturelles mais structurelles. Comme Albert Einstein déclarait : « On ne résout pas les problèmes avec les modes de pensée qui les ont engendrés » . Seule une approche systémique permet d’appréhender de manière globale la situation et de proposer des nouvelles heuristiques afin de la contrôler.
Je pense que l’économie circulaire constitue le modèle le plus approprié pour répondre aux divers défis que la situation amène. L’économie circulaire construit un schéma à partir de l’épanouissement de l’homme et du vivant, basé sur l’innovation et la création de valeur à travers une pensée systémique où le système fonctionne de manière optimale plutôt que sur la recherche de l’efficacité sur certains éléments de l’économie au détriment de sa stabilité. Le principe est de « ne plus faire moins mal mais bien » comme Michael Braungart et William McDonough l’indiquent dans leur ouvrage Cradle-to-Cradle.

 Et sa mise en place nous prendra quelques années…

Et pendant ce temps, que faisons-nous?

Jacques Chirac, alors Président de la République Française, disait: « Notre maison brûle et nous regardons ailleurs« . Cette phrase a marqué le Sommet mondial du développement durable organisé par les Nations-Unies en 2002 à Johannesburg.

Plutôt que de nier la réalité, la transition vers un modèle vertueux doit s’engager tout de suite. Le principe « save to invest » génère des économies qui financent des investissements totalement pérennes basés sur un modèle d’économie circulaire.

De nombreux champs d’application sont possibles. Par exemple, nous pouvons mieux gérer nos consommations d’énergies grâce à des outils de monitoring et de contrôle comme Cisco EnergyWise Manager (plate-forme issue du rachat de Joulex). Les nombreuses références client à travers le monde montrent qu’en général des économies de l’ordre de 35% de la facture d’énergie sont réalisées. Ces économies peuvent alors être investies dans un plan de transition énergétique.

Untitled

Cisco EnergyWise Manager – Gestion et contrôle de l’énergie du bâtiment et du Data Center

Des plans de réduction de déplacements peuvent facilement être mis en oeuvre par l’utilisation des outils de mobilité et de collaboration. Chez Cisco, l’introduction de la Telepresence depuis 2007 a conduit à des économies de l’ordre d’un million de $ par salle… et nous avons installé plus de 1500 salles immersives sur notre réseau! Et dans la sphère publique, je pense à Spot Mairie et ses services administratifs accessibles à distance. Ou encore les télécentres  qui montrent que l’on peut améliorer notre quotidien en effaçant des déplacements contraints.

Les solutions Green IT ne manquent pas. Utilisons-les maintenant!

Olivier.

Mots-clefs :, , , , , , , , , , ,

L’Internet de l’énergie et des objets à l’honneur le 9 avril

J’interviens lors de deux événements ce mercredi 9 avril autour de la contribution de l’Internet pour la maitrise de l’énergie et sur les objets connectés.

Ma première intervention aura lieu le matin sur le salon Innovative Building porte de Versailles. Je présenterai sur le thème « Comment l’Internet des équipements peut répondre aux problématiques d’efficacité et d’optimisation énergétique dans le bâtiment » en salle Bonn de 10h00 à 10h45. Il y sera bien sûr question de distribution et de gestion d’énergie – PoE/UPoE et EnergyWise. Fabien Dherbassy, PDG de la société Inesocompany présentera également lors de cette session organisée par la société Blueight, spécialisée dans l’informatique éco-responsable.
Homepage

Ma seconde intervention aura lieu en soirée lors de la réunion du IE-club, le club Innovation et Entreprise, qui se tiendra à la Bourse de Commerce. J’animerai la session plénière sur le thème « CleanTech et Objets Connectés: un monde d’opportunités ». Il y sera principalement question des applications autour des objets connectés et des nouvelles architectures techniques en développement.

Capture d’écran 2014-04-03 à 23.10.42De nombreuses start-ups interviendront également lors de cet événement et viendront témoigner des innovations autour de l’Internet des Objets et l’Internet of Everything.

A mercredi,

Olivier.

Mots-clefs :, , , , , , , , ,

La transmission par paquets … physiques au goût du jour!

La question de la technologie d’accès au réseau se pose de manière récurrente. Si les technologies sans fil semblent avoir le vent en poupe vis-à-vis des technologies filaires pour l’accès au réseau, plus particulièrement dans l’environnement des objets connectés, des travaux récents relancent de manière inattendue la transmission par paquets… physiques!

L’idée, qui peut sembler saugrenue au premier abord, repose sur l’utilisation de l’envoi de paquets de polymères et d’ADN depuis le système connecté vers son récepteur. L’ADN est traité en parallèle grâce à des puces ADN ce qui permet d’obtenir une analyse très rapide de l’information et donc au final un débit de transmission très élevé, de plusieurs Gb/s!

proto

Un prototype de première génération. Le système de pointage est encore manuel. Il sera substitué par la suite par des nanopointeurs automatiques.

Ces technologies – aujourd’hui très coûteuses et à l’état de prototypes – sont imaginées pour connecter directement une personne à son environnement.

Il est ainsi possible d’assurer des transmissions authentifiées (très facile avec l’ADN) et sécurisées (une interception physique est nécessaire pour accéder à l’information, ce qui est détecté immédiatement). L’envoi de polymères permet également de transmettre de l’énergie, améliorant l’autonomie des systèmes de communication. Les polymères et l’ADN, issus de la chimie verte, sont synthétisés à froid et 100% biodégradables. La technologie est donc un pur produit du Green IT.

Spider-Man.38-300x225

Un prototype en cours d’évaluation. Le faisceau de paquets est encore peu focalisé et la portée reste actuellement limitée à quelques mètres.

Les premiers essais sont encourageants et laissent entrevoir des applications inattendues liées aux déplacements physiques combinés des systèmes. Il serait en effet possible d’utiliser le faisceau pour agir sur les objets! Les chercheurs, qui sont en train de concevoir ces nouveaux équipements aux grands pouvoirs, ont donc aussi une grande responsabilité dans l’avenir de nos objets connectés.

Une histoire passionnante à suivre…

Olivier.

Mots-clefs :, , , , , , ,

Et pour 2014…

Et pour 2014 je vous souhaite une excellente année, pleine de santé, bonheur et succès dans les projets qui vous tiennent à coeur!

Du coté des eco-TIC et du développement durable, 2013 ne restera probablement pas comme un grand cru.

Au niveau international, je n’arrive pas à trouver de points d’inflexion marquants. Ainsi, la conférence mondiale des Nations Unies sur le changement climatique, COP19, qui se tenait à Varsovie n’a pas amené grand développement. Ironie de l’histoire, au même moment se tenait également à Varsovie un sommet international du charbon, organisé avec le support du gouvernement polonais. Voilà le grand écart auquel on assiste: protéger l’environnement mais pas au détriment d’industries qui le mettent à mal. Ou bien l’exploitation à grande échelle des gaz de schiste aux Etats-Unis repousse une fois de plus les efforts américains vers une transition énergétique.

Au niveau national, je ne peux que déplorer le report de la loi sur la transition énergétique ou encore la suspension de l’écotaxe poids lourds (ou devrait-on dire la pollutaxe).

2013 n’a pas tenu ses promesses concernant les mesures phares. Alors, quel espoir?

Et bien, en février se créait l’Institut de l’économie circulaire, présidé par François-Michel Lambert, député de la circonscription de Gardanne.

titre_5676633L’Institut a pour ambition de fédérer et impliquer tous les acteurs et experts concernés dans une démarche collaborative (institutions, collectivités, entreprises, associations,…). En quelques mois, l’intérêt pour le sujet a grandi et le 16 décembre dernier, une conférence rassemblait trois ministres afin de définir une première feuille de route de la France vis-à-vis de l’économie circulaire.

Une démarche à long terme est initiée en vue d’un projet de loi en 2017. L’Institut se hâte lentement…

Si 2017 semble sûrement un peu lointain, rien n’empêche dès 2014 d’anticiper le mouvement et de créer de l’innovation autour de l’économie circulaire.

Mon livre de chevet durant cette période de fête a été « The Upcycle » de William McDonough et Michael Braungart. Les auteurs de « Cradle to Cradle », l’ouvrage fondateur de l’économie circulaire, publié en 2002. se sont remis au travail en 2013 pour livrer le fruit de leur réflexion à la lumière de leur expérience accumulée pendant ces années. « The Upcycle » n’est aujourd’hui disponible qu’en anglais, mais la traduction française est en cours.

image001-187x300Le livre reprend les principes fondateurs de « Cradle to Cradle » et étend le champ d’application au-delà des produits pour imaginer la ville et la société construite selon ces principes dans une approche globale. La proposition est de réinventer notre monde en partant sur des exigences de design claires dans une dynamique d’amélioration continue. Les perspectives deviennent particulièrement enthousiasmantes puisque le développement durable passe du « Reduce, Reuse, Recycle » (où l’on fait moins mal) au « Redesign, Renew, Regenerate » (où l’on améliore).

Utopie? Doux rêves? Les 217 pages sont abondamment illustrées d’exemples de réalisation ou de pistes de création et prouvent la véracité de l’approche.

Avec William McDonough et Michael Braungart, la crise que nous traversons se transforme en une formidable opportunité d’innovations.

Voilà un superbe chantier à initier dès 2014, non?

Olivier.

Mots-clefs :, , , , , , , , , ,

Cisco rachète Joulex

Cisco vient d’annoncer son intention de racheter l’éditeur logiciel Joulex. Le rachat devrait être finalisé à l’été 2013.

Capture d’écran 2013-05-30 à 16.02.44
Joulex est un partenaire de l’écosystème technologique EnergyWise qui commercialise une plate-forme de gestion d’énergie. Joulex se distingue sur le marché des plates-formes par sa richesse fonctionnelle, sa capacité d’intégrer une multitude de systèmes du marché (très nombreux connecteurs supportés), sa qualité d’interface, son ouverture. (more…)

Mots-clefs :,

Les Catalyst 3750X et 3560X supportent l’UPoE

Cisco étoffe sa gamme de commutateurs offrant des ports UPoE.

Après la gamme Catalyst 4500, les gammes Catalyst 3750X et 3560X offrent également des connections UPoE sur leurs 24 ou 48 ports selon les modèles. Toutes les fonctions logicielles et les options matérielles des Catalyst sont bien sûr conservées, comme StackPower par exemple ou EnergyWise. Les mêmes licences logicielles (LAN Base, IP Base et IP Services) sont offertes.Capture d’écran 2013-05-13 à 18.57.12

Les ports UPoE supportent également le protocole Energy Efficient Ethernet (EEE) qui permet de réduire la consommation d’un port Ethernet en moyenne de 0,74 W.

J’ai traité à plusieurs reprises l’intérêt de l’UPoE dans le bâtiment tertiaire et je reviendrai très prochainement sur la combinaison gagnante entre la distribution d’énergie via l’UPoE et le contrôle de l’énergie via EnergyWise.

Vous pouvez trouver plus d’informations sur les gammes Catalyst 3750X et 3560X ici.

Olivier.

 

Mots-clefs :, , , , , ,

Cisco brille au classement Cool IT Leaderboard

Greenpeace évalue tous les ans les sociétés IT sur leur engagement autour de l’écoresponsabilité.

La sixième édition de ce classement -  le Cool IT Leaderboard – vient de sortir et distingue Cisco où nous nous retrouvons à la première place, ex-aqueo avec Google. :-) (more…)

Mots-clefs :, , ,

L’Internet des Objets au secours du changement d’heure

Lors de chaque changement d’heure, les mêmes complaintes reviennent: les enfants sont fatigués et nerveux, les éleveurs se plaignent du changement de rythme imposé à leurs animaux, les personnes travaillant la nuit du changement d’heure travaillent une heure de moins (ou de plus), les malades qui doivent suivre une médication à une heure précise sont perturbées, etc. De nombreuses études soulignent que nos horloges biologiques demandent un peu de temps pour s’ajuster. Pour la majorité d’entre nous, le corps se décale naturellement d’une heure environ en une semaine. Il n’est donc pas étonnant de constater ces mécontentements récurrents.

Et bien sûr la remise à l’heure des horloges mécaniques ou électriques reste une opération complexe, essentiellement manuelle, et coûteuse.

Le pilotage des horloges existe depuis de nombreuses années et nos téléphones voient aujourd’hui leur heure modifiée directement par le réseau. Qu’en est-il des autres horloges?

A l’heure de l’Internet des Objets, la plupart de nos horloges seront bientôt connectées et donc très facilement pilotables à distance. Le protocole NTP (Network Time Protocol) dans sa version 4 définie par la RFC 5905 est désormais adapté à IPv6 et possède des fonctions d’autodécouverte des serveurs NTP, permettant ainsi de récupérer très facilement une heure précise à travers le réseau.

Le docteur allemand Zeitansage de l’Institut Tempus Fugit (Berlin) travaille sur l’optimisation du rapport au temps et a proposé à la Commission Européenne une mise en place progressive du changement d’heure en utilisant les fonctions de pilotage à distance. La proposition du docteur Zeitansage est d’effectuer le changement d’heure au rythme de 5 mn par jour. Ainsi le passage de l’heure d’hiver à l’heure d’été commencerait le 1er avril et se terminerait le 12. Toutes les nuits, à 2h, il serait 2h05. Comme le pilotage des horloges serait automatique, personne ne s’en apercevrait vraiment puisque les horaires des activités ne varieraient pas. Seule l’heure maître serait à modifier et toutes nos horloges suivraient.

Capture d’écran 2013-03-30 à 23.44.55

Le professeur Zeitansage (à droite) présente sa montre connectée lors des premiers essais

Ce schéma ne permettra pas facilement de réaliser une expérimentation partielle, car la zone d’expérimentation pourrait ainsi se retrouver décalée de fractions d’heure avec le reste de l’Europe. Nous sommes donc dans le cas d’une transition totale à prévoir. Le plan initial du docteur Zeitansage prévoit l’adoption de ce nouveau schéma de passage d’heure d’hiver à l’heure d’été au 1er avril 2018. En effet, d’ici 5 ans, plus de 95% des horloges auront été remplacées et seront connectées. La Commission Européenne a donné un accord de principe et les pays de l’Union Européenne vont maintenant travailler à l’implémentation dans les pays.

Le décalage progressif vers l’heure d’été sera ainsi facilement supporté par nos horloges biologiques et bien plus facilement accepté par la population.

Voilà une application inattendue de l’Internet des Objets dans notre quotidien!

Olivier.

Mots-clefs :, , , , , ,